Non, l'automatisation ne signera pas la fin des banques, mais elle modifiera la dynamique des services financiers, première partie

Roland Alston, Thought Leadership Program Leader
February 4, 2021

Nous vivons dans un monde où l'automatisation des FinTech oblige les banques traditionnelles à redoubler d'efforts et à offrir une meilleure expérience à leurs clients. Ce nouveau monde exige un modèle commercial complètement différent de celui des institutions financières traditionnelles.

« La première fois que j'ai eu affaire à des FinTech, explique Chris Skinner, journaliste spécialisé dans les FinTech et auteur de best-sellers, c'était il y a plus de dix ans, lors d'une réunion à Londres, au cours de laquelle quelqu'un a eu l'idée de lancer une entreprise qu'il comparait à l'eBay des finances ».

« Leur idée, affirme le journaliste, était que vous pouviez avoir des personnes qui ont de l'argent connectées à des personnes qui ont besoin d'argent grâce à une plateforme et un algorithme. »

Au cours des quinze dernières années, ce modèle commercial de pair à pair a fait ses preuves ailleurs au Royaume-Uni. Dans son essai stimulant publié dans HYPERAUTOMATION, un recueil d'essais d'experts récemment publié sur le développement Low-Code et l'avenir de l'automatisation des entreprises, Chris Skinner note que 36 % de tous les nouveaux prêts personnels ont été accordés par des entreprises FinTech aux États-Unis en 2017, selon Bloomberg, contre seulement 1 % en 2010.

Intégrer la finance et la technologie

C'est un changement notable et c'est la raison pour laquelle l'intégration de la finance et de l'automatisation est aujourd'hui un marché à explorer. Selon KPMG, les 111,8 milliards de dollars qui ont été investis dans les entreprises FinTech à l'échelle mondiale en 2018 représentent plus du double du montant de l'année précédente.

En bref, Chris Skinner affirme que si vous évoluez dans le secteur bancaire, ou tout autre secteur, qui ne fournit pas un accès constant à une expérience client numérique, sans interruption et en temps réel, vous êtes dépourvu d'intérêt.

Avec la pandémie de COVID-19, explique le journaliste, deux catégories d'entreprises ont relevé le défi. Celles qui dépendaient de connexions physiques, notamment les compagnies aériennes, les détaillants et les théâtres et autres, ont vu leurs activités s'arrêter. Elles ne pouvaient poursuivre leurs activités tant que les personnes ne pouvaient pas se rassembler et se connecter en toute sécurité. Mais les entreprises dont les modèles commerciaux sont basés sur la connectivité numérique ; entreprises de logistique et de livraison, magasins et détaillants en ligne, services de streaming en ligne et autres, ont prospéré pendant la pandémie.

De même, dans les services financiers, deux groupes de sociétés ont vu le jour : les banques qui étaient prêtes pour la crise, et les banques qui ne l'étaient pas.

La banque a besoin d'un nouveau modèle économique

Infographie janvier

D'énormes investissements sont réalisés dans tous les domaines, des paiements et des prêts peer-to-peer à l'IA, aux cryptomonnaies et à la technologie de blockchain. Mais ne vous y trompez pas : il ne s'agit pas d'une technologie dont le but serait d'apporter une solution. Il s'agit de la façon dont l'étonnante évolution de la technologie numérique a bouleversé le modèle économique des banques traditionnelles.

« Le modèle opérationnel des banques, décrit Chris Skinner, est conçu pour la distribution monétaire physique dans un réseau localisé à travers des bâtiments et des personnes. Il nous faut démanteler cette structure car ce à quoi nous avons affaire aujourd'hui porte sur la distribution numérique de données par le biais de logiciels et de serveurs sur un réseau mondial. »

L'auteur soutient également qu'il s'agit d'un modèle commercial radicalement différent pour toute entreprise, et qu'il est désormais particulièrement pertinent pour les services financiers en raison de l'essor de l'open banking, un moyen sécurisé de donner aux fournisseurs l'accès à vos informations financières. Le commentaire de Chris Skinner révèle également que nous vivons aujourd'hui dans un monde où les FinTech permettent aux banques de poursuivre leurs activités, mais à moindre coût, plus rapidement et de manière optimale.

Pour lui, si les banques comprennent cet aspect de la technologie, alors elles s'associeront et collaboreront avec ces milliers de nouvelles entreprises FinTech, investiront dans celles-ci et les encadreront. C'est pourquoi les entreprises reçoivent des milliards de dollars d'investissements de la part des banques pour faire partie de leur marché et de leur communauté. Ce qui, à son tour, permet aux banques d'offrir à leurs clients toutes les capacités qui découlent des FinTech.

7 éléments clés pour s'adapter au monde numérique

Il existe une révolution numérique qui dépasse la simple transformation du secteur bancaire. En réalité, cette révolution affecte aussi les mécanismes des services financiers :

  1. Temps réel: La technologie nous permet de financer, d'épargner, de dépenser, d'investir, de faire des transactions, d'emprunter et plus encore dans des fenêtres temporelles identifiées comme pertinentes pour nous, et non par des produits offerts par les institutions.
  2. N'importe où, n'importe quand: Les obstacles à l'accès seront considérés comme une motivation pour faire confiance à un autre fournisseur.
  3. Une expérience simplifiée: Les consommateurs numériques ne veulent pas penser à l'argent et à la banque, mais préfèrent que ces éléments soient intégrés à leur mode de vie pour soutenir leurs activités.
  4. Personnalisation: Lorsqu'il se passe dans le monde de la finance des événements que les consommateurs numériques devraient savoir, ils souhaitent en être informés de vive voix ou, plutôt, sur leur appareil.
  5. Prédiction: Grâce à l'exploitation approfondie des données sur le mode de vie financier, les banques seront en mesure de prévoir les besoins des clients numériques en matière d'habitudes financières.
  6. Accessibilité: Tout le monde devrait avoir le droit d'envoyer de l'argent librement, facilement et à bon marché à toute autre personne.
  7. Atteindre l'inaccessible: En s'appuyant sur ce dernier point, le nouveau monde de la finance pourra atteindre tous les consommateurs jusqu'alors négligés.

Une révolution de l'humanité

D'après Chris Skinner, c'est la raison pour laquelle nous avons assisté à un changement radical de notre monde au cours de la dernière décennie. De même, de nombreux développements dans le secteur de la finance non traditionnelle créent des sociétés inclusives et de nouveaux modèles de finance pour l'avenir.

Contrairement à ce que disent les sceptiques, Chris Skinner précise que, grâce à la numérisation via la technologie, nous vivons une véritable révolution de l'humanité. Il explique qu'il s'agit d'un changement fondamental dans notre façon de penser, d'échanger, de faire des transactions, de parler, de nouer des relations et de mettre en place des structures ; tout cela exige des institutions financières qu'elles adoptent un modèle commercial complètement différent.

« Les institutions financières doivent aller plus vite qu'elles ne l'ont fait par le passé, déclare Chris Skinner. Elles doivent être plus agiles afin d'opérer une transformation rapide. Elles doivent constamment s'adapter à une révolution en cours. »

Chris Skinner explique qu'il est incroyablement difficile pour les institutions traditionnelles d'effectuer ces changements, surtout si leurs dirigeants ne les comprennent pas et si leurs systèmes informatiques ne le permettent pas.

Le chapitre rédigé par le journaliste et visible dans HYPERAUTOMATION est un incontournable pour tous ceux qui veulent découvrir comment le monde de la banque évolue en réponse à l'automatisation de la FinTech et aux forces du changement.

Consultez cet espace pour découvrir la dernière partie de cette publication inspirante.