2 façons de combler le fossé entre les développeurs et les utilisateurs professionnels

Michelle Gardner, Senior Content Strategist
July 15, 2021

Les meilleures applications naissent lorsque les utilisateurs professionnels et les développeurs travaillent ensemble. Mais il est notoire que la collaboration entre ces deux parties est difficile. Pour les utilisateurs professionnels, il est difficile de savoir quelles sont les fonctionnalités dont ils ont besoin avant de les voir se concrétiser. Et pour les développeurs, il est difficile de construire la solution parfaite s'ils ne sont pas confrontés au problème.

Ces problèmes sont exacerbés dans les approches traditionnelles de développement high-code. En général, les analystes d'entreprise font office de traducteurs entre les utilisateurs professionnels et les équipes technologiques. Ces deux parties sont cloisonnées l'une par rapport à l'autre, ce qui signifie que les personnes qui se trouvent face au problème sont séparées de celles qui sont le plus à même de le résoudre : les développeurs. Ces derniers qui tentent de comprendre le problème sont gênés par des canaux de communication peu fiables (par exemple, l'e-mail), des outils de traduction imparfaits, des temps de latence, une dépendance excessive à l'égard de la documentation et, le plus contraignant, l'accès inexistant aux utilisateurs finaux.

Heureusement, il existe quelques moyens simples de combler le fossé entre les développeurs et les utilisateurs professionnels.

 

1. Définissez le problème avec exactitude grâce à une compréhension approfondie de vos utilisateurs.

Les équipes informatiques ne doivent jamais prendre les exigences des utilisateurs pour argent comptant. Encouragez une culture consistant à poser des questions ouvertes : au lieu de « La conformité est-elle un problème ? », demandez « Que se passe-t-il si la conformité n'est pas respectée ? ».

Encouragez les développeurs à approfondir le sujet, à demander « pourquoi ? » et mettre à jour des solutions non linéaires. Cela commence lors du lancement du projet (souvent appelé Sprint 0) avec des sessions de collaboration qui incluent l'informatique, les sponsors commerciaux et les utilisateurs finaux. Travaillez ensemble pour définir les objectifs, déterminer ce que l'application doit faire pour les atteindre et élaborer un plan pour fournir un produit de qualité. L'objectif n'est pas de définir tous les détails de votre projet, mais d'élaborer un plan suffisant pour que vous partiez dans la bonne direction.

Parlez aux utilisateurs professionnels de ces cinq aspects clés :

  • Vision : Que voulez-vous réaliser avec cette application ?
  • Parties prenantes : Quels utilisateurs finaux et autres parties prenantes en bénéficieront ?
  • Besoins : Quel est le problème ou le besoin auquel l'application doit répondre ? Quels sont les points douloureux, les goulets d'étranglement et les avantages souhaités ?
  • Application : Quelles sont les fonctions et caractéristiques indispensables ? Pourquoi sont-elles indispensables ? Existe-t-il une chaîne de causalité reliant la fonction à un objectif commercial mesurable ?
  • Objectifs commerciaux : Quels sont les objectifs commerciaux mesurables, par ordre de priorité ?

N'oubliez pas non plus d'évaluer la situation actuelle de vos utilisateurs. Parce que votre nouvelle application va changer leur façon de travailler, vous devez comprendre ce que les parties prenantes veulent faire et ce qui les en empêche. La meilleure façon d'y parvenir est de « baby-sitter » de vrais utilisateurs, en les regardant travailler dans leur vie quotidienne. Si cela n'est pas possible, demandez aux utilisateurs de décrire leurs processus quotidiens, en vous concentrant sur les raisons pour lesquelles ils effectuent chaque activité et sur les points les plus douloureux du processus.

2. Maintenir un retour d'information rapide, continu et clair.

Avec les pratiques de développement traditionnelles, les retours d'informations sont comme un ferry qui voyage entre deux rives. Les utilisateurs professionnels sont d'un côté, et les développeurs qui construisent l'application sont de l'autre. Vous transportez les informations dans les deux sens, lentement, dans un processus avec des temps de latence élevés, ce qui risque de provoquer de nombreuses incompréhensions.

Remplacez cet aller-retour contraignant d'informations et recherchez des solutions et des processus qui établissent un pont entre les développeurs et les utilisateurs professionnels. Par exemple, les plates-formes low-code facilitent la collaboration et encouragent les contributions claires et fréquentes, ce qui vous permet de tester des hypothèses jusqu'à trouver la bonne solution.

Une collaboration accrue et des retours réguliers sur le développement vous aident également à obtenir l'adhésion des parties prenantes rapidement. Au lieu que le développement se fasse en vase clos et que toute la valeur soit apportée à la fin du projet, les utilisateurs finaux peuvent valider et influer sur l'application pendant qu'elle prend forme sous leurs yeux. Les prototypes et les développements en cours donnent aux utilisateurs un élément concret sur lequel ils peuvent réagir, ce qui accélère le processus de conception en garantissant que votre équipe de développement a une compréhension claire des besoins.

 

Les pièges courants du développement d'applications

Les meilleures plates-formes low-code aident les équipes informatiques à optimiser leur collaboration avec les utilisateurs finaux tout en offrant de meilleures fonctionnalités avec des équipes de développement plus polyvalentes et plus agiles. Mais si vous développez des projets low-code avec des approches high-code, vous ne faites qu'effleurer le potentiel du low-code.

Pour profiter pleinement de la puissance du low-code, échangez les approches de développement obsolètes et bloquantes contre certaines pratiques agiles clés. Découvrez les quatre pièges les plus courants du développement d'applications low-code et comment vous pouvez les déjouer dans le nouvel eBook : Les 4 pièges du développement d'applications low-code.