Blockchain — applications pratiques dans les technologies des services financiers

Appian Contributor
June 6, 2018

Dans mon dernier article, nous avons établi une définition générale de la blockchain, examiné les différences entre les blockchains privées et publiques et exploré quelques-uns des différents consortiums. Dans l'article d’aujourd'hui, nous allons étudier quelques-unes des façons dont le secteur des services financiers peut planifier et exploiter la blockchain, ainsi que la possibilité pour les institutions financières de réaliser d'importantes économies d’argent et de temps grâce à cette technologie.

La blockchain comme technologie de transformation

Les grandes institutions de services financiers comprennent que pour développer de nouvelles opportunités d’affaires, elles doivent adopter des technologies qui simplifient, automatisent et accélèrent l’innovation. La blockchain promet d'être une technologie transformatrice et pourrait représenter un important changement dans la façon dont les transactions financières sont exécutées, même s'il faudra du temps pour que les institutions financières envisagent pleinement les avantages et les risques que la blockchain représente.

« ... pour donner un ordre de grandeur, dans le secteur de la blockchain, les changements à venir seront « aussi importants que l’invention originale de l'Internet. » - Harvard Business Review

L'industrie des services financiers englobe un large éventail d’applications potentielles. Penchons-nous sur 5 domaines des services financiers dans lesquels on constate que les institutions financières ont de fortes chances d'adopter la blockchain et d'en tirer des avantages :

La compensation et le règlement

La compensation et le règlement doivent être considérés comme un domaine important. En effet, le Forum économique mondial estime qu’en 2027, des actifs équivalant à 10 % du PIB mondial pourraient être détenus sur une blockchain. Aujourd'hui, le processus de règlement (selon la catégorie d'actifs) peut être coûteux et lent, le traitement prenant souvent deux jours ou plus par le biais de plusieurs intermédiaires. Grâce à la technologie du grand livre distribué, les transactions peuvent être immuables et la compensation et le règlement peuvent être programmés pour être quasi instantanés, réduisant ainsi la menace du risque de contrepartie et l'amélioration de la stabilité globale. La capacité de la technologie de la blockchain de créer une source unique de vérité et d'assurer un suivi complet de la propriété des biens sur un dossier partagé pourrait considérablement réduire les coûts de rapprochement. Ces économies et efficacités ajoutées pourraient permettre aux transactions de devenir plus simples et plus ciblées.

Contrats intelligents

Un contrat intelligent est un programme informatique ou un protocole qui facilite, vérifie ou exécute les conditions d'un contrat. Les contrats intelligents pourraient être utilisés pour différents documents financiers, notamment les investissements, les polices d’assurance, les comptes bancaires, les antécédents de crédit et les déclarations de revenus. Étant donné que les contrats intelligents utilisent du code logiciel pour automatiser des tâches qui sont généralement réalisées manuellement, ils peuvent augmenter la vitesse de ces processus métier. Le système décentralisé entre toutes les parties autorisées réduit le risque de manipulation, de non-exécution ou d'erreurs, puisque l’exécution est gérée automatiquement par le réseau plutôt que par une partie. Les contrats intelligents peuvent réduire ou éliminer la dépendance vis-à-vis des intermédiaires tiers qui fournissent des services de « fiducie », tels que le séquestre entre contreparties, permettant d'économiser de l'argent, de gagner du temps et d'éviter les conflits. Accenture estime que les banques d’investissement pourraient à elles seules économiser jusqu'à 12 milliards de dollars par an en adoptant la blockchain et les contrats intelligents.

Transferts de fonds

La blockchain constitue une réelle opportunité de résoudre nombre des problèmes associés au transfert d’argent, tels que le délai de traitement des transferts associés à l'ACH, les frais de traitement exorbitants et les méthodes de distribution d’argent limitées. Les transferts de fonds sont une source de revenu importante pour des millions de familles dans les pays en développement. Selon la Banque mondiale, rien qu'en 2016, plus de 429 milliards de dollars ont été transférés depuis des pays développés vers des pays en développement. Grâce à la baisse des coûts du matériel, la population mondiale non bancarisée est plus susceptible de posséder un smartphone et peut exploiter la blockchain pour envoyer des fonds instantanément à n’importe qui via cet appareil mobile. De nombreuses entreprises font déjà partie de ce secteur. Bitpesa en Afrique, CoinPip à Singapour et Volabit au Mexique sont quelques-unes des nouvelles sociétés de transfert de fonds qui s’appuient sur la blockchain.

Prêts

La blockchain pourrait fournir une plus grande visibilité sur les environnements de prêt. De plus, en association avec de puissants outils d'analyse, les institutions de services financiers pourront transformer cette transparence en un processus décisionnel exploitable. L'identité numérique via la blockchain pourrait contenir le dossier d'hypothèque de l'emprunteur, ses soldes impayés, sa notation de crédit, son revenu, etc. Lors d'une demande de prêt, cette identité unique pourrait être utilisée chez plusieurs prêteurs et même pour le recoupement avec les organismes de crédit et la vérification d'emploi, ce qui pourrait considérablement améliorer les délais de traitement. La technologie de la blockchain pourrait simplifier et rendre plus efficaces les services de prêt, et pourrait aider à relancer les pratiques de prêt entre particuliers. Selon Capgemini, le secteur des prêts hypothécaires bénéficiera d'avantages considérables en adoptant les contrats intelligents. Les consommateurs pourraient potentiellement s'attendre à des économies de 480 à 960 dollars par prêt et les banques seraient en mesure de réduire les coûts de l’ordre de 3 milliards à 11 milliards de dollars par an en abaissant les coûts de traitement lors du processus d'émission sur les marchés américains et européens. Des entreprises utilisent déjà la blockchain pour les prêts, par exemple, SALT, ETHLend et Ripio Credit Network.

Technologie réglementaire

La nature même de la blockchain implique que les données sont partagées et qu'il existe une piste d'audit permanente. Dans cet environnement de données partagées, les organismes de règlementation n’auraient pas besoin de recueillir, de stocker, de rapprocher ni d'agréger les informations elles-mêmes. L'accès à un dossier partagé pourrait réduire la duplication des dossiers entre les organismes de réglementation et les institutions financières et pourrait entraîner d'importantes économies à l’échelle de l’industrie. Cela améliorerait également la vitesse et la qualité du processus d’examen réglementaire, car cela éliminerait le besoin de rapprochement. La blockchain pourrait notamment simplifier et rationaliser les processus grâce à l'initiative KYC (Know Your Customer), qui évite de devoir faire confiance à une tierce partie en se fiant à l’ensemble de données approuvée par le réseau. L'efficacité numérique, la nature distribuée et la sécurité améliorée du blockchain lui permettent d'être la mieux placée pour être une source de vérité fiable pour l'initiative KYC et d'autres événements liés à l’identité. Les institutions financières établies investissent dans des solutions de blockchain pour résoudre des problèmes de respect des règlements. Un projet important, Massive Autonomous Distributed Reconciliation (Madrec), réunit UBS, Barclays, Credit Suisse, KBC, SIX et Thomson Reuters, dans le cadre du test d'une plateforme de blockchain destinée à les aider à se conformer aux exigences réglementaires de la directive MiFID II.

« Cette utilisation de la blockchain pour résoudre les exigences réglementaires réelles d’une manière rentable est très attrayante. » Emmanuel Aidoo, Credit Suisse

Ce ne sont là que quelques exemples de la façon dont la blockchain pourrait transformer les services financiers. Cette technologie a le potentiel de transformation nécessaire pour faire tomber les barrières traditionnelles dans le secteur des services financiers et supprimer toute friction de la chaîne de valeur.

Dans le troisième et dernier blog de cette série, nous allons voir comment Appian peut s'avérer utile. Grâce à la puissance et à la simplicité de la plate-forme Appian, quand vous êtes prêt à créer des applications de blockchain, nous sommes là pour vous aider.

En savoir plus sur la blockchain

Consultez cet espace pour découvrir nos futurs articles de blog sur certaines des applications pratiques de la blockchain dans le secteur des services financiers et n’oubliez pas de vous inscrire à notre prochain webinaire avec MWD Advisors.

Blockchain pour les applications entreprise